Translate

mardi 25 avril 2017

Sud Manche: analyse des résultats des présidentielles.




LA TRIBUNE
Avec une participation de 82,24% de votants et seulement 1,85% de votes blancs et 0,77% de votes nuls, les électeurs manchois se sont montrés particulièrement  concernés par ces élections présidentielles n’accordant que 3,97% à 5 des 11 candidats. En revanche, ici comme ailleurs, la diversité des territoires a engendré certaines disparités dans les choix. Emmanuel Macron a dominé nettement en Normandie et dans la Manche où il obtient son meilleur score avec 24,85% des suffrages au détriment de Marine Le Pen avec 20,51% de votes favorables contre 21,59% à Francois Fillon, Melenchon n'obtenant que 16,99%, Hamon 6,40% et Dupont Aignan 5,68%. Sans surprise, en analysant ces résultats, on constate que le département n’échappe pas à la règle de l’électorat des villes. De Valognes à Cherbourg, à Saint-Lô, Coutances, Avranches, Granvile et dans la périphérie proche de ces villes, une catégorie sociale plutôt jeune et active  s'est nettement prononcée pour Emmanuel Macron, éliminant en même temps la France insoumise de Melenchon qui écrase le PS. Marine Le Pen domine dans le marais, le Plain Cotentin les régions de canisy, Gavray, Villedieu et Saint James- Pontorson. En revanche, Francois Fillon reste maître d'une grande partie du Sud Manche  où il obtient ses meilleurs scores : 56,10 % au Mont-Saint-Michel, 45% à Saint Jean du Corail, 43% à Beauficel, et plus de 30% dans bien des communes au point d'arriver en tête dans 51 communes alors que Macron ne domine que sur 30 communes et Marine Le Pen sur 42. Ainsi, Fillon se trouve t-il en tête du classement dans la circonscription d'Avranches-Granville avec 19722 voix approchant les 27%. Il est suivi par Macron (18616) et Mélenchon (11539). Marine Le Pen  peine à obtenir 16% des voix (11374). Dupont Aignan s’en tire plutôt pas mal avec  (4724) s’offrant même le luxe de dépasser le Parti socialiste d'Hamon  réduit à la part du pauvre avec (4264 voix). L'ancien Premier ministre Manuel Valls s'est dit "triste" pour le PS, éliminé au premier tour de la présidentielle, ajoutant que "c'est la fin d'une histoire". François Hollande peut jubiler il tient sa vengeance contre des frondeurs qui lui ont mené la vie dure pendant son mandat.

Reste que la défaite sans appel de François Fillon, arrivé troisième au premier tour de la présidentielle, est une première humiliante pour un candidat de droite sous la Ve République, et un séisme pour cette famille politique. Avec un score de 19,91%, l'ancien Premier ministre arrive troisième, sèchement battu par Emmanuel Macron 23,75% et Marine Le Pen avec 21,53% des suffrages, dépassant   Jean-Luc Mélenchon   que d’une courte tête. En l'absence de Fillon au 2ème tour, la victoire de d'Emmanuel Macron ne fait aucun doute dans le Sud Manche, qu'il y ait désistement ou non. Mais le "petit nouveau" n'obtiendra pas le score à l’africaine de Chirac en 2002 (80%); les électeurs sont trop divisés et amers. À gauche comme à droite, les partis sont prêts à s'asseoir sur le 2ème tour pour prendre leur revanche aux élections législatives en juin prochain.  A coup sûr, elles nous réserveront  de belles rencontres sachant  que la défaite de Fillon n'est pas nécessairement celle de la droite encore que… L'absentéisme peut également changer le cours des choses pour la représentante du Front National; dans la situation d'aujourd'hui,  elle n'obtiendrait pas les 12% des inscrits nécessaires pour se représenter au 2ème tour. Il en sera probablement autrement dans 6 semaines, une triangulaire n'étant pas exclue dans le Sud Manche. Mais pour  l'heure, ne faisons pas la fine bouche et réjouissons nous d'avoir évité un duel Le Pen / Mélenchon. Et souhaitons   à la France la stabilité dont elle aura  besoin pour se relever de cinq années perdues. Mais ça, c’est une autre histoire...