Translate

samedi 19 août 2017

La rumeur : L’arme de la médiocrité.





La rumeur est le pendant de la lettre anonyme à la différence près qu’elle s’amplifie au fur et à mesure qu’elle se répand pour s'ancrer définitivement dans la mémoire collective. Et même après un démenti il subsiste une suspicion avec comme leitmotiv cette phrase lapidaire : « ya pas de fumée sans feu ». D'où la nécessité de prendre du recul et de la hauteur pour ne jamais prendre au sérieux ce type d’attaque. Une arme de déstabilisation utilisée par les faibles qui trouvent toujours une justification soit disante sociale à leurs allégations. Pour Jacques Attali, "la rumeur agit comme un virus, le pire de tous car il détruit les défenses immunitaires de la victime". En politique, c’est une arme de destruction lorsqu'elle se traduit par un discours étudié pour nuire à un dominant. Celui qui en est la cible - pour ne pas dire la victime - est la proie d’une machination qui vise à le rendre vulnérable et manipulable. C’est d’autant plus efficace lorsqu’il s’agit de salir la réputation d’un homme public soupçonné d’appartenir - voire d’entretenir - des relations occultes avec des groupes d’influence. C’est bien connu, en France la réussite  est toujours suspecte; elle cache forcément des zones d'ombre. On appartient nécessairement à une société secrète ou à des forces judéo maçonniques comme on disait sous Vichy, mais jamais grâce à son travail ni à son intelligence ou à sa créativité. Ces fantasmes qui germent dans la tête des médiocres et des  anti-systèmes – souvent les mêmes - permettent d'occulter leurs propres insuffisances et d'exister . Descartes l'a dénoncé dans son discours de la méthode : « Seul le doute peut nous éviter de tomber dans l'inconscient collectif de groupes qui trouvent leur existence dans la valorisation gratuite d'informations dont l'objectif est de révéler les inévitables faiblesses de la cible ». Il est vrai que cet inconscient collectif est toujours plus dans la croyance que dans la recherche de la preuve et de la vérité . Heureusement, Il arrive que la rumeur soit tellement grosse que l’opinion se refuse à la propager. C’est le pire scénario pour celui qui l’a lancée. En fait, l'indifférence et une bonne dose d'humour restent les meilleurs remèdes pour lutter contre la stupidité, car c'est bien de cela dont il s’agit. Emmanuel Macron a du faire face à ces rumeurs mais il a su prendre ses distances face aux médisances relayées par les médias et trouver l'antidote aux rumeurs que l'arène politique et la rue n'ont cessé de créer dans l'espoir de le déstabiliser et de le faire dévier de sa route. Cela étant, comme disait Léon Zitrone : « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel c’est qu’on parle de moi »... Une expression tout de même un peu simpliste car ce qui compte avant tout c'est l'estime de soi acquise dans le regard des autres, ceux qui ont bénéficié de vos performances et vous renouvellent leur confiance.