Translate

dimanche 20 mai 2018

Economie: le hasard et la nécessité




Les travaux de Jacob et Monod nous ont montré que les mutations génétiques pouvaient répondre à la nécessité des êtres vivants de s'adapter à leur environnement. Toutes les mutations ne sont pas une source naturelle de progrès, bien sûr, mais les scientifiques n'ont pas manqué d'explorer leurs bienfaits en médecine comme  en agriculture pour en tirer avantage . L'evolution  des êtres vivants  a été le fruit du hasard;  pour autant, elle ne s'est pas faite à l'aveugle, la rencontre du hasard et de la nécessité ouvrant la porte à l'évolution et à la sélection des espèces. Au fil du temps et des mutations, les êtres vivants se sont modifiés, leurs besoins orientant  leur évolution . Les exemples ne manquent pas. Que dire des animaux doués de camouflage ou de mimétisme? Que dire des bactéries qui deviennent résistantes aux antibiotiques sinon qu'il  s'agit de souches mutantes ? Que dirions nous des OGM (Organismes génétiquement modifiés) ? Ainsi la conjugaison du hasard et de la nécessité peut être synonyme de développement et de pérennité...de chance dirons certains.

Pourquoi pas? Mais " La chance ne sourit qu'aux esprits bien préparés"   disait Pasteur  après sa découverte du vaccin de la rage;  sans doute avait--il raison,  la chance étant à la fois  une compétence et une conséquence. Elle est à la porte de chacun d'entre nous pour qui sait anticiper l'avenir et non le subir, sachant qu'il y a aussi des mutations léthales ou handicapantes qu'il nous faut savoir éviter.

Cette réflexion de Pasteur vaut aussi pour le développement économique qui ne peut se suffire  du hasard seulement, sous peine de n'avoir qu'une réussite occasionnelle et aléatoire... sauf à se jeter aveuglément dans des expériences à haut risque et de parier sur l'avenir. Dans le Sud Manche, le développement exogène grâce à l'arrivée d'une entreprise extérieure au territoire a  souvent relevé du hasard, de la chance disent ceux qui confondent les deux mots. L'arrivée de Vuiton en est un exemple mis à part le fait que le Mont Saint Michel et sa baie ont pu contribuer à orienter le choix des responsables de cette société même si dans un premier temps ils  se sont rapprochés de Saint Lô que dirigeait François Digard, un ami du maire d'Avranches de l'époque. Pour autant, une politique économique ne peut se limiter à tendre le dos au hasard dans un contexte économique difficile et de concurrence territoriale. Elle se doit d'être, réfléchie, proactive et réactive à la fois, également créative et innovante, en s'attachant à réduire les faiblesses d'un territoire voire à les transformer en atouts et à les valoriser. Les fleuves côtiers de la baie du Mont  ont constitué et constituent toujours un patrimoine environnemental naturel à protéger. Hier ces vallées connurent un important essor grâce à leurs propres richesses et à leur énergie hydraulique. Aujourd'hui, devenues écovallées, la Sée et la Sélune doivent rebondir et se réinventer un avenir.

 Leur élevage, sur des terrains en excédent structurel, est limité dans son expension à moins d'innover dans l'économie circulaire en utilisant les déjections animales et les déchets végétaux pour les transformer en énergie ou en amendements. La précarité qui ne cesse de s'enraciner peut et doit se combattre par une économie sociale et solidaire.  Le développement endogène a peu d'avenir  si le potentiel créateur de la jeunesse ne cesse de s'expatrier.  La aussi, des actions sont à imaginer pour soutenir l'envie d'entrepŕendre et renforcer les liens entre les jeunes et leur territoire. L'économie résidentielle est également une voie à emprunter...  

L'intelligence économique doit nous conduire sur de telles pistes pour évaluer les nécessités du présent et nous mettre en capacité de construire l'avenir sans attendre la loterie du hasard. Ces nécessités s'évaluent avec les acteurs territoriaux et économiques; elles seules permettent à une collectivité de s'orienter et de s'organiser pour se donner une chance de progresser harmonieusement. Il ne lui reste plus alors qu'à communiquer, à commercialiser et à accompagner les porteurs de projets de l'idée à sa concrétisation et à l'implantation. Toute une méthode qui semble si simple sur le papier! Encore faut-il se donner des priorités pour avoir les moyens de la mettre en place. La chance de réussir ne vient pas toute seule même si le hasard peut y contribuer quand le terrain est bien préparé.


21 commentaires:

  1. Anonyme5/20/2018

    Du second degré. Tout le monde ne saura peut être pas lire entre certaines lignes mais c'est tellement vrai. L'avenir ça se travaille, ça se construit. C'est formidable si le hasard y met la patte mais comme vous le dites il y a des mutations qui n'apportent pas la pérennité

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Anonyme5/20/2018

    La foudre tombe rarement à la même place. La chance si. Interrogeons nous pourquoi quelques élus sont plus chanceux que d'autres tant sur le plan économique qu'éducatif ou social.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme5/20/2018

      La foudre tombera plutot sur le paratonnerre là où on a pensé à en installer ; généralement les églises. La main de l'homme a su tirer profit de son patrimoine...

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  3. Anonyme5/20/2018

    La preuve que le hasard peut être orienté

    RépondreSupprimer
  4. L'élu dont je parle n'est autre que René André. Il faut le féliciter au contraire d'avoir préparé le terrain en créant un syndicat mixte et d'avoir profité de son réseau. Avranches et Ducey lui doivent le développement économique autour de l'A84.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Anonyme5/20/2018

      Il est difficile de définir des profils et des attitudes, voir des aptitudes sans exclure automatiquement ceux qui n'y répondent pas...
      C'est bien pour çà qu'une société est multiple. Le tout étant que les mauvais profils ne soient pas aux mauvais postes.
      Or malheureusement, et souvent en politique, les meilleurs communicants prennent les postes, et écartent tous ceux qui pourraient leur faire de l'ombre par leurs compétences au lieu de se les approprier. De plus, lesdits édiles ne brillent ni par leurs autres compétences et par leur égo sur-dimensionné. C'est un peu inversement proportionnel selon moi lol.
      Cdt

      Supprimer
  5. Anonyme5/20/2018

    "Sauf à se jeter aveuglément dans des expériences à haut risque et de parier sur l'avenir... " l'économie doit avoir des bases solides. On ne construit pas sur du sable. Le nombre de startups à tomber est important. Tout cela est éphémère et peut couter cher JCE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme5/20/2018

      Tous ceux qui s'intéressent à l'économie et en particulier au phénomène start-up, savent que plus la croissance est rapide est plus grand est le danger de chute catastrophique.
      D'ailleurs certains feraient bien de s'inspirer de leurs échecs récents autrement qu'en dispersant les actifs, et les risques...
      Une entreprise pérenne a en général une croissance régulière suivant le principe US bien connu : "step by step". Autrement dit, on progresse, on stabilise, on renforce, et on se développe à nouveau.
      Cdt

      Supprimer
    2. Anonyme5/21/2018

      Si vous lisez le dernier France Dimanche vous serez édifié

      Supprimer
  6. Anonyme5/21/2018

    Surprenants ces retraits de commentaires par l'auteur Çama Muse. Accepterait il mal les réponses qui lui sont faites? Inconstance? Refus de la contradiction? Vraiment surprenant..

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme5/22/2018

    le hasard sait toujours trouver ceux qui savent s'en servir. pour cela il faut avoir du temps, de la compétence et croire en son étoile ce que vous appelez la chance. Philippe

    RépondreSupprimer
  8. Anonyme5/23/2018

    Mon cher philippe vous avez raison. Il faut toujours être à l'affut de l'opportunité (avoir le temps et l'oreille), une opportunité qu'il est possible de favoriser( compétence) et faire preuve d'optimisme en pensant qu'il faut toujours savoir rebondir dans la difficulté. MTF

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme5/23/2018

      Le temps et l'oreille ne sont pas des conditions suffisantes à la formation d'opportunités même si elles sont nécessaires.
      La création d'opportunités nécessite un travail actif d'agrégation, de développement, d'accompagnement structurel, etc.
      Elle sous-entend une stratégie de développement pour le territoire qui s'appuie sur un inventaire exhaustif et une vraie expertise des caractéristiques socio-économiques.
      A défaut les élus sont des suiveurs et pourraient tout aussi bien rester en vacances ou chez eux.
      La principale force d'une communauté d'agglomération étant l'économie pour trouver de nouvelles recettes fiscales (qui serviront à l'attractivité et au fonctionnement), certains seraient bien inspirés de s'y intéresser pour limiter la casse.
      Enfin, en économie, les chemins les simples, les solutions les plus simplistes sont aussi les plus dangereuses et les moins pérennes.
      Mais je suis certain que je prêche ici un convaincu. Or ce genre de réflexion serait plus opportune ailleurs...

      Supprimer
  9. Anonyme5/23/2018

    C'est toute une philosophie qui aborde le hasard, le déterminisme et le destin. Mais vous faites bien de ramener cette question à l'économie. Si la tâche d'un élu est seulement de gérer et d'attendre qu'un chef d'entreprise veuille bien de poser sur le territoire, il vaut mieux dans ce cas qu'il reste chez lui.Un administrateur suffira et on fera des économies. Gérer une communauté qu'elle soit de communes ou d'agglo nécessite de " vendre" son territoire sans l'aide d'Amazone. Il faut avoir un vrai fil conducteur. L'économie c'est une reflexion et une présence permanente. Dans la Manche on dirait qu'on ne peut pas être à Hue et à Dia, ou bien encore au four et au moulin. MG

    RépondreSupprimer
  10. Anonyme5/24/2018

    L'économie c'est de l'investissement personnel mais aussi de l'investissement financier qui rapporte de l'argent et des emplois. Il faut savoir faire les comptes ça c'est plus compliqué car l'emploi est difficilement mesurable financièrement: ce sont des taxes locales, du commerce, de l'habitat et de la construction. C'est ce qu'on appelle du développement. Un élu responsable d'une collectivité devrait avoir une formation. La France crève de cette incompétence et de cette surdité à ne vouloir rien entendre. En tant que chef d'entreprise je suis subjugué par ce que j'entends. Votre blog c'est bien mais vous devriez réagir. On ne peut guère compter que sur quelques élus pour nous éclairer.MH

    RépondreSupprimer
  11. Que l'auteur du dernier message que j'ai reçu ce jour m'excuse pour ne pas l'avoir édité mais il m'a semblé trop direct. je pense pour ma part qu'il y a des élus qui ne sont pas préparés pour le développement économique. En revanche la créativité ne dépend pas nécessairement de la formation. La créativité est dans les gènes. Elle est indispensable pour progresser sans attendre le hasard.

    RépondreSupprimer
  12. Anonyme5/25/2018

    Vous avez vu hier soir à l'assemblée plénière . Il est si facile de manipuler les élus. Qui est le plus attractif pour le territoire entre le marathon et via aeterna pour 30000€? Allez nous serons une terre d'art et d'histoire,ce sera déjà bien. Un élu prolo.

    RépondreSupprimer